Mexique

L'occupation mexicaine

Agrandir l'image

L'occupation mexicaine fut la plus longue de toutes

Les Mexicains s'installèrent d'autorité en décembre 1897 suite à l'abandon des vélléités d'exploitation des Français, des Anglais et au départ la même année des Américains qui avaient exploité le guano pendant cinq ans.

En effet, malgré l'envoi par la France du croiseur-amiral Dougay-Trouin qui réaffirma la souveraineté française en septembre 1897 en amènant le drapeau étatsunien, une canonnière mexicaine, la Democrata , débarque, le 13 décembre 1897, une garnison de soldats pour affirmer à son tour la souveraineté du Mexique.


La première colonie mexicaine

 
Agrandir l'image
Le Capitaine Ramon Arnaud
Agrandir l'image
Les 11 survivants : trois femmes une adolescente et 7 enfants
Agrandir l'image
Les trois ouvriers du phosphate, dits "les trois guanos", les deux premiers cocotiers, le couple de porcs introduits en 1897 et des rails.
Agrandir l'image
Le phare mexicain sur le Rocher
Agrandir l'image
Alicia Arnaud, Tirzia Randon et Altagracia

Le 11 septembre 1905, le Korrigan II amène le lieutenant Arnaud promu "Gouverneur de Clipperton", un sergent, dix soldats et leurs familles, rejoints par une soixantaine d'ouvriers italiens pour continuer d'exploiter le guano. En 1913, Arnaud, promu capitaine après un bref séjour au Mexique, revient sur l'île pour la dernière fois. Le 26 juin 1914, le Cleveland est le dernier navire pouvant les ramener au Mexique, ce que son capitaine leur propose en raison des troubles au Mexique et de la Grande Guerre qui fera oublier l'île. Arnaud refuse d'abandonner son poste sans ordres, et ce sont une trentaine d'homme, de femmes et d'enfants qui restent sur l'île.

Les Oubliés de Clipperton

Tout ravitaillement cesse et la colonie, oubliée, tente de survivre en se nourrissant d'oiseaux, d'oeufs et des quelques noix de cocos que donnent les encore trop rares cocotiers, la chaire des crabes se révélant toxique. Ils se partagent parcimonieusement les noix de cocos, cette précieuse source alimentaire végétale qui est le seul moyen de lutter contre le scorbut. Malgré tout, la plupart sont décimés par le scorbut. Un jour, le capitaine Arnaud, croyant apercevoir un navire au large, part avec les derniers hommes dans une barque, qui chavire. Les femmes restées à terre avec le gardien du phare Victoriano Alvarez, voient les hommes se noyer et dévorés par les requins. Resté seul avec trois femmes et les enfants, Alvarez se déclare quelques temps plus tard "Roi de Clipperton" et fait subir sévices et humiliations aux femmes pendant un an, jusqu'au jour où, à bout de force, elles décident de le supprimer. Elles lui fracassent la tête avec un marteau dans le Rocher. Ironie de l'histoire, le jour même arrive au large de l'île le croiseur étatsunien USS Yorktown venu vérifier que les Allemands n'avaient pas installé une base sur l'île. Le capitaine Perril et son équipage découvrent les survivants : trois femmes, une adolescente et sept enfants, et le cadavre d'Alvarez. Ils sont ramenés en Californie.

Les femmes furent jugées pour leur crime, mais après avoir raconté leur histoire, elles furent acquittées et purent rentrer au Mexique.

Pour plus d'information sur cette période lire aussi :

Rossfelder André, 1976. Clipperton, île tragique. Paris, A. Michel, 277 p.
Labarraque-Reyssac Claude, 1970. Les oubliés de Clipperton, Paris, André Bonne, 249 p. (malheureusement épuisé; à chercher en bibliothèques)
Le roman de J.H. Limes, "Le Roi de Clipperton" est déconseillé car il comporte trop d'incohérenes historiques et géographiques et s'est fortement inspiré de l'ouvrage de Labarraque-Reyssac, sans le citer.




sur le web dans Clipperton.fr
Contactez nous : webclip@numericable.fr